Category Archives

Posts in Uncategorized category.
Port-Louis classé dans les pays à revenu élevé

Après les Seychelles, Maurice est la deuxième économie africaine à être classée par la Banque mondiale (BM) parmi les pays à revenu élevé.
La BM classe les économies du monde en quatre groupes de revenus – élevé, moyen supérieur, moyen inférieur et faible. Ceci est basé sur le revenu national brut (RNB) par habitant (dollars courants), calculé en utilisant la méthode Atlas.
Selon la Banque mondiale, le RNB par habitant de Maurice pour 2019 est de 12 740 dollars, en hausse de 3,5 % par rapport à 2018. Le seuil de revenu élevé ajusté annuellement est désormais de 12 535 dollars.

Source

Freedom Index : Maurice conserve ses 89 points sur 100

L’île Maurice demeure une démocratie libre. Avec 89 points sur 100, elle figure parmi les bons élèves au niveau mondial, à égalité avec la Lettonie et l’Italie.

C’est ce qu’indique le rapport « Freedom in the World 2020 » rendu public par Freedom House mercredi. Deux indices sont pris en compte, à savoir les droits politiques et les libertés civiles. Pour le premier, Maurice obtient 37 sur 40 et 52 sur 60 pour le second.

Freedom House considère que l’île Maurice est dotée d’un système politique ouvert et cela a permis que le pouvoir change de main régulièrement à travers des « free and fair elections ». Par contre, l’ONG note que le leadership politique reste dominé par quelques familles, que la corruption est un problème et que les journalistes font parfois face à du harcèlement et des pressions légales.

Si Maurice se situe en tête au niveau des pays du continent africain , elle a cependant encore beaucoup d’efforts à entreprendre pour entrer en première ligue où trois pays scandinaves règnent sans partage. La Norvège, la Finlande et la Suède ont chacun 100 points. Le Danemark a 97 points. Le Luxembourg devance ce dernier avec 98 points alors que la Belgique (96), l’Australie (97), le Canada (98), le Japon (96), le Royaume-Uni (94) ou encore l’Islande (94) sont aussi dans le peloton de tête.

L’ONG note que les États-Unis continuent à régresser et a maintenant 86 points et constate une forte régression de l’Inde à qui 71 points ont été attribués.

En 2019 au niveau mondial et pour la quatorzième année de suite, il y a une détérioration de la liberté politique avec 64 pays qui ont régressé à ce niveau, alors que 34 seulement se sont améliorés dans ce domaine.

Source: DEFIMEDIA

Investir à Maurice, un pari tenu par de nombreux Français

Investir à l’île Maurice, c’est le pari qu’ont fait une grande partie des nombreux Français installés sur l’île. Maurice compte parmi les économies les plus dynamiques d’Afrique subsaharienne, un dynamisme qui repose pour l’essentiel sur le secteur des services, le tourisme et les services financiers.

Classée en tête des pays où il fait bon investir par le classement de la Banque mondiale Doing Business, Maurice offre en plus des mesures d’incitations fiscales et de facilités de paiement faites aux investisseurs très attractives.

Comment créer son entreprise

Attention, tout citoyen étranger dont le projet d’activité n’entre pas dans les objectifs de développement du pays ou dont les compétences professionnelles existent sur le marché mauricien sera peu susceptible d’obtenir les autorisations nécessaires. Il existe deux formes principales de sociétés commerciales : « Public company » ou société publique et la « Private company » ou société privée. Cette dernière est divisée en « Small private company »ou petite société privée, dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions de roupies (environ 1,25 million d’euros) et la « One person company »ou société unipersonnelle, constituée d’un actionnaire, personne physique, qui est également l’unique administrateur de ladite société. Il faut d’abord s’assurer auprès du registre des sociétés que la dénomination sociale choisie pour la société est disponible, puis il faut l’immatriculer, le Companies Act 2001 n’impose aucun montant minimum de capital social.

Dans quels secteurs investir ?

Le secteur le plus intéressant reste le tourisme, particulièrement pour la construction de villas luxueuses, de terrains de golf et d’installations du même ordre. L’immobilier est aussi en plein boom car il faut améliorer le parc existant, ou encore la localisation des plateformes d’opérations, de logistique ou d’achat des entreprises ou groupes opérant en Afrique. Les PME peuvent aussi être intéressée par un secteur des biotechnologies en plein essor.

Taxes à prévoir

L’impôt sur les sociétés est de 15%. Les sociétés titulaires d’une licence GBL1 bénéficient d’un taux d’impôt effectif ramené, au plus, à 3 % par l’effet d’un crédit d’impôt présumé (Presumed Foreign Tax Credit) qui est équivalent à 80 % du montant de l’impôt normalement dû. Les sociétés titulaires d’une licence GBL2 ne sont pas considérées comme étant résidentes fiscalement à Maurice et, dès lors, sont exonérées de tout impôt mauricien sur les bénéfices.

Aides possibles

L’EDB (Economic Development Board) a pour mission d’assister les investisseurs étrangers lors de leur arrivée à Maurice et notamment de centraliser les diverses demandes d’autorisations et de permis. Les aides sont surtout fiscales : il n’existe en principe aucune imposition sur les plus-values et aucune retenue à la source sur la distribution des dividendes ou sur le paiement des intérêts.

Les atouts du pays

La France reste le premier investisseur dans un pays à l’environnement politique et économique stable, où les infrastructures sont modernes, le système judiciaire solide et la main-d’œuvre qualifiée et dynamique. L’île est située au carrefour des continents africain et asiatique ce qui en fait une place stratégique intéressante.

Les bons plans

La chambre de commerce et d’industrie française pourra vous aiguiller tout au long de votre implantation à Maurice : www.ccifm.mu. Elle accueille les investisseurs français et les aide à s’implanter et se développer : conseils, accompagnement, réalisation d’études de marché et diagnostics, accueil de start-ups au sein d’un Business Center, organisation de missions de prospection…

Source – Français à l’étranger

A compter du 01 Janvier 2020 la Convention fiscale sénégalo-mauricienne cessera d’être applicable : ce que vous devez savoir ?

Le Gouvernement du Sénégal a procédé à la notification de dénonciation unilatérale de la convention fiscale de non double imposition liant le Sénégal et l’Île Maurice.

Cette dénonciation aura des impacts fiscaux significatifs sur les flux financiers réalisés entre les contribuables sénégalais et les sociétés établies à l’Île Maurice.

La présente analyse a pour objet de faire le point sur ce que vous devez savoir sur les implications fiscales d’une telle dénonciation.

Après un bref détour sur les conditions juridiques de ladite dénonciation (1) nous verrons avec vous les implications fiscales.

1.     Conditions juridiques de la dénonciation

Aux termes des stipulations de l’article 29 de la Convention fiscale susmentionnée, chacun des deux États peut notifier à l’autre partie contractant, par écrit et par la voie diplomatique, au plus tard le 30 juin de chaque année civile postérieure à la cinquième année suivant celle de l’entrée en vigueur de la Convention, son intention de mettre fin à la Convention.

Il ressort de cette stipulation qu’au Sénégal la Convention cesse de produire ses effets à compter du premier janvier de l’année civile suivant la date de notification en ce qui concerne l’impôt retenu à la source sur les montants payés à des non-résidents.

S’agissant de Maurice, la convention n’aura plus vocation à s’appliquer à compter du 1er Juillet 2020. Cela engendrera un impact significatif au plan fiscal pour les contribuables des deux Etats

2.     Incidences de la dénonciation au plan fiscal

Les conséquences fiscales de cette dénonciation seront plus importantes en matière d’impôts directs (2.1) qu’en matière de taxation indirecte (2.2).

2.1. Incidences de la dénonciation de la convention au regard des impôts directs

Dès lors que les stipulations de la convention ne trouvent plus à s’appliquer, les règles de droit commun, en l’occurrence les dispositions du Code général des impôts (CGI) sont applicables sans restriction.

Pour rappel, la convention fiscale de non double imposition conclue entre le Sénégal et l’Etat de Maurice prévoit certains avantages fiscaux dont les plus importants sont les exemptions de retenues à la source sur les rémunérations versées dans l’autre Etat notamment les dividendes, les intérêts et les redevances. Ainsi, avec la dénonciation de la convention, ces exemptions sont supprimées.

Les redevances

Il est précisé d’abord que les sommes visées à l’article 202 du CGI perçues par des personnes ne disposant pas d’installation professionnelle permanente au Sénégal donnerons lieu à l’application de la retenue BNC prévue par cet article au taux effectif de 20%.

Les dividendes

Ensuite, les dividendes versées à des personnes ou sociétés résidentes fiscales de Maurice devront désormais faire l’objet de retenue d’impôt sur les revenus de valeurs mobilières (IRVM) au taux de 10% conformément aux articles 85 et suivants du CGI.

Les intérêts

En outre, s’agissant des intérêts, leur versement à une personne physique ou morale résidente de l’Etat de Maurice devra faire l’objet d’une retenue à la source au titre de l’impôt sur les revenus de créances au taux de 16% conformément aux dispositions de l’article 101 du CGI.

    2.2. Incidences de la dénonciation de la convention au regard de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA)

Pour rappel, aux termes des dispositions de l’article 383.f du CGI, n’est pas déductible la TVA ayant grevé les prestations de services, quelle que soit leur dénomination, lorsque le bénéficiaire de la rémunération n’est pas imposable à un impôt sur le revenu au Sénégal sur lesdites rémunérations.

Cet article prohibe la déduction de la TVA pour compte lorsqu’elle porte sur des opérations de concession de droit de propriété, d’assistance technique ou de mise à disposition de fonds à titre d’avance ou de prêts avec intérêt n’ayant pas supporté un impôt sur le revenu au Sénégal.

Ainsi, la dénonciation de la convention aura pour incidence de rendre déductible la TVA pour compte supportée sur les opérations réalisées avec les prestataires établis à Maurice. Autrement dit, dorénavant la TVA pour compte passée en charges jusque-là sera totalement récupérable dès lors que les conditions de déductibilité seront satisfaites.

3.     Sort des engagements contractés sous l’égide de la convention fiscale dénoncée

Il faut rappeler que la dénonciation produit des effets différents selon la nature de l’impôt. En effet, en ce qui concerne les impôts perçus par voie de retenue à la source sur les revenus des capitaux mobiliers par exemple, la convention ne trouve plus à s’appliquer à l’imposition des revenus dont la mise en paiement intervient à compter du 1er Janvier 2020.

En revanche, la convention demeure applicable à l’imposition des revenus des capitaux mobiliers dont la mise en paiement est intervenue au cours de l’année de dénonciation en l’occurrence l’année 2019.

Ainsi, il convient de noter que demeurent couverts par la convention les revenus dont le fait générateur est intervenu antérieurement au 1er Janvier 2019, quand bien même l’imposition de ces revenus interviendrait après cette date.

Par exemple, les intérêts comptabilisés en 2018 mais payés en 2019 sont couverts par la convention ; étant entendu que le fait générateur de la retenue sur les intérêts (IRC) est leur comptabilisation.

Pour notre part, nous sommes d’avis que les engagements conclus en considération des avantages fiscaux accordés par la convention et en l’absence desquels lesdits engagements n’auraient pas été pris, ne resteront pas couverts par celle-ci postérieurement à la dénonciation.

Source – LinkedIn

Hausse de 20,7 % des investissements étrangers au premier semestre

Au premier semestre, le pays a attiré des investissements directs étrangers (IDE) de Rs 10,68 milliards, ce qui représente une croissance de 20,7 % par rapport à la période correspondante en 2018 lorsque le montant des capitaux étrangers s’élevait à Rs 8,84 milliards. À ce rythme, on devrait se rapprocher de la performance record de 2017 quand les flux d’investissements étrangers totalisaient Rs 21,2 milliards.

Si les IDE sont en nette hausse, ils restent toutefois concentrés dans l’immobilier avec un montant de Rs 9,56 milliards au premier semestre, dont Rs 8,4 milliards dans le segment d’immobilier résidentiel de luxe. Quant aux investissements dans les secteurs productifs, ils restent dérisoires. Ils sont comme suit : secteur de la santé et activités communautaires (Rs 348 millions), services financiers (Rs 189 millions), Tic (Rs 74 millions), stockage et transport (Rs 121 millions), industrie manufacturière (Rs 102 millions) et autres activités (Rs 155 millions).

À noter que la France était, au premier semestre, le principal pourvoyeur de capitaux étrangers avec Rs 3,39 milliards, suivie de l’Afrique du Sud (Rs 2,49 milliards). 

Source – BusinnesMag

Maurice gagne 7 places au classement Doing Business

Le dernier rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale vient d’être publié ce jeudi 24 octobre. Ce rapport annuel mesure la réglementation des affaires et son application effective dans 190 économies. Maurice passe de la 20e à la 13e place mondiale et se positionne comme le leader incontestable en Afrique, devançant largement au classement le Rwanda, 38e.

« La mise en œuvre du système national de licences électroniques, cofinancé par l’Union européenne dans le but de mettre en place un guichet électronique unique pour les licences commerciales, a largement contribué à cette réussite de Maurice, en particulier dans le domaine de si la construction le permet, Maurice se classe au 8e rang mondial. (…) Maurice se hisse également à la 5e position avec un score de 94 % dans l’indicateur de facilité de paiement des impôts, grâce aux réformes soutenues mises en œuvre par la Mauritius Revenue Authority (MRA, le fisc mauricien) », explique l’Economic Develpment Board, l’institution chargée de favoriser l’investissement à Maurice. 
La Banque mondiale attribue cette progression spectaculaire à quatre réformes entreprises pour : faciliter le traitement des demandes de permis de construire ; accélérer l’enregistrement des propriétés ; favoriser l’exécution des contrats  et le règlement de l’insolvabilité. 
 

Dix indicateurs mesurent la facilité pour faire des affaires dans une économie. Maurice doit sa fulgurante progression à l’amélioration de son score dans quatre indicateurs. - DR
Dix indicateurs mesurent la facilité pour faire des affaires dans une économie. Maurice doit sa fulgurante progression à l’amélioration de son score dans quatre indicateurs. – DR 

Source – L’Eco Austral

Why move to Mauritius?

For high-net-worth individuals considering a move to Mauritius for permanent residency, it’s more a question of why not?

Talk to the expats who have already invested the required $500,000 (about R7.5m) in residential property to obtain permanent residency in Mauritius, or have moved their business operations to this paradise island and choose to commute from their South African home base, and you’ll find they have at least one thing in common.

The quest for a better quality of life. It’s a priority for government too – this Indian Ocean island even has a Ministry of Health and Quality of Life.

“Towards the end of last year and again this year, South Africans looking for offshore investment opportunities and a more stable political and economic climate are showing increased interest in Mauritius,” says Richard Haller, director for Pam Golding Properties Mauritius.

Political stability and safety is a huge motivator for South Africans looking for a new home. The New World Wealth Woman Safety Index rates Mauritius as one of the safest countries in Africa (in addition to Namibia and Botswana). This is one of the key drivers of a country’s wealth in the long term.PUBLICITÉ

“The wealthiest countries in Africa (in terms of average wealth per person) are Mauritius, SA, Namibia and Botswana,” says Andrew Amoils, head of research at New World Wealth.
“Total wealth held in Africa is expected to rise by 35% over the next 10 years, reaching $3-trillion by 2028. We expect Mauritius, Ghana, Rwanda, Kenya, Ethiopia and Uganda to be the strongest performing wealth markets in Africa during this period.”

With the International Monetary Fund predicting a GDP healthy growth of 3.9% for Mauritius in 2019, it’s a trend underpinned by strong economic growth and a thriving financial services sector, among others, which exudes a sense of stability, trust and confidence recognised by the international community. Mauritius is currently the fastest-growing wealth market in Africa having escalated 195% in US dollar (USD) terms from 2007 to 2017.

Property value in Mauritius is conservatively expected to grow by 40% in USD terms in the forthcoming decade. “For those with $500,000 to invest in real estate that includes permanent residency status, with the option of mortgaging up to 60% of the property value at low interest rates of approximately 5.5% p.a., it’s an investment that offers a high return both personally and professionally,” says Haller.

Mauritius is an ocean state with one of the largest exclusive economic zones in the world. Picture: SUPPLIED/PAM GOLDING/iSTOCK

Mauritius is an ocean state with one of the largest exclusive economic zones in the world. Picture: SUPPLIED/PAM GOLDING/iSTOCK

Top location for residential property investment

The Knight Frank Wealth Report 2019 includes results from an Attitudes Survey in which they polled 600 private bankers and wealth advisers who together manage more than $3-trillion of wealth for ultra high-net-worth clients. When asked which countries or territories were on their radar in terms of a significant purchase, as well as where their clients were most likely to invest, they listed the UK, Australia, US, Canada – and Mauritius.

“Ownership rights are very strong in Mauritius, which encourages locals and foreigners to invest in property and businesses in the country,” says Amoils. Other incentives include low taxes (company and personal income tax rates are only 15%), no inheritance or capital gains tax and a low level of government regulation in the local business sector. The island has a skilled and bilingual (English/French) workforce and boasts a peaceful, multicultural environment.

Mauritius is an ocean state with one of the largest exclusive economic zones in the world. The island is a member of the African Union, COMESA, SADC and the Indian Ocean Rim, benefiting from no trade barriers. The country also enjoys preferential market access to several export destinations through trade agreements notably with the European Union and the US.

“Leveraging on its geographic strategic location and impressive economic trajectory, Mauritius has successfully positioned itself as a regional hub,” writes the Economic Development Board (EDB) Mauritius.

Property value in Mauritius is conservatively expected to grow by 40% in USD terms in the forthcoming decade. Picture: SUPPLIED/PAM GOLDING/iSTOCK

Property value in Mauritius is conservatively expected to grow by 40% in USD terms in the forthcoming decade. Picture: SUPPLIED/PAM GOLDING/iSTOCK

Over the past 50 years, since independence, Mauritius has transitioned from a sugar-based economy to an innovation-driven and knowledge-based economy, underpinned by key sectors such as agro-industry, aqua-culture and ocean economy, education, financial services, healthcare, hospitality, property development and smart cities, ICT-BPO, life sciences, logistics, manufacturing, media and creative industries. It has a state-of-the-art technological infrastructure.

Mauritius has a well-developed banking system and one of the best stock exchanges in Africa. What’s more, wealthy individuals living in Mauritius can invest overseas without exchange controls, which encourages them to use the country as a business and investment hub.

With an estimated 21.7% of the property investment market and one fifth of the foreign direct investment in Mauritius originating in SA, the EDB Mauritius established an office in Johannesburg to ease the process for South Africans looking at investment opportunities on the island. Staff are available to advise on creating businesses and logistics around relocating to the island.

The World Bank’s Doing Business 2019 report evaluates the performance of 190 economies for ease of doing business, according to strict criteria. Mauritius moved to the top 20 this year and is the only Sub-Saharan African economy in that block.

Other accolades in the African context include holding the number one spot for political stability – the Democracy Index 2017 (The Economist Intelligence Unit); good governance – the Mo Ibrahim Index of African Governance 2018; and economic democracy – the Index of Economic Freedom – Heritage Foundation, and the Economic Freedom of the World – Fraser Institute.

For more information on investing in residential property in Mauritius, contact Pam Golding Properties Mauritius on projects@pamgolding.mu or +230 263 0600.

This article was paid for by Pam Golding International.

Source – BusinessLive

How Mauritius is Fast Becoming a Big Business Player in Africa

Mention Mauritius and most South Africans will think of its pristine beaches and luxury resorts, but this small country is becoming a big business player not only in Africa but on a global scale.

Mauritius may just be an island – its annual tourist influx of 1.4 million outnumbers its own population of around 1.3 million – but this hasn’t stopped it, over the past three decades, from growing into a giant on the business front.

As far as the continent goes, it’s already racked up a number of African “firsts” in terms of international business achievements. These include Economic Freedom of the World (2017, Fraser Institute), Forbes Survey of Best Countries for Business (2017) and the Global Competitiveness Index (2017-2018).

It also secured first place in Africa and 25th position overall out of  190 countries on the World Bank’s Ease of Doing Business Report, receiving recognition in terms of its political, social and economic stability, efficient and effective regulatory framework, state-of-the-art infrastructure, transparent and innovative legal framework and its highly competitive tax system.

With a government focused on promoting foreign and domestic investment, it has enabled free repatriation of profits, no withholding tax on dividends, interest and royalties, no capital gains tax, and no estate duty, inheritance tax or gift tax. Plus it has 44 tax treaties with countries across the globe and another 32 in various stages of negotiation and ratification.

Together with its low tax rates, its fiscal regime has seen it being listed in 2017 on the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) “white list” in terms of transparency and being a fully compliant tax jurisdiction in terms of best practice international standards. It was, indeed, one of only three such top-rated jurisdictions in the world.

It is welcoming foreigners with open arms and – as a country in Africa –  it’s certainly giving South Africa a run for its money.

Maconde view point
Maconde view point, Baie du Cap, Mauritius island, Africa. Balate Dorin / Shutterstock.com

Along with 4% growth in its economy, its reputation is also growing for being the best financial hub and base for businesses coming to Africa.

Investors from places such as France, India, and the UK – not to mention South Africa itself – are all seeing it as a safe place to set up shop. It’s why we, as The Business Exchange (TBE) with our own home base in South Africa, have set up our latest coworking space here, to meet the growing demand for office space on the island. It’s a destination we believe is out-investing South Africa

A safe investment climate, efficient financial infrastructure and political stability are always going to be highly conducive towards attracting and conducting business. Little over an hour longer in flying time than the time it takes to travel between Cape Town and Johannesburg, the third smallest country in Africa is, therefore, becoming an attractive destination in which to live, work, play and stay… quite possibly forever.

Its private and government institutions are strong. Good schooling (in English with French as a second language), state-of-the-art healthcare facilities, and a low crime rate are starting to see a number of South Africans turning their heads north in its direction – families as well as companies.

As a property ownership destination, it’s already been proving its worth for a number of years now, initially for holiday and second homes but, today, increasingly for residency, relocation and retirement. A huge attraction for investors and in particular those looking to attain passive rental income, has been its property development schemes for foreign non-citizen investment. An investment of $500 000 or more in a PDS will also grant an investor permanent residence status.

And, as we ourselves have found as The Business Exchange, there’s a great deal that’s attractive to invest in from a business perspective as well. Not only is there an ideal opportunity for us to service the rapidly growing need for professional office space on the island, but we’ve also decided to use the country as the perfect base from which to launch our own growth into the rest of Africa. Legislation around setting up companies and ownership structures in Mauritius are quite straightforward and relatively simple to administer with the right partners and advisors onboard.

It may well have been a place of beaches to start with, a few decades ago – and, believe me, those pristine sands are still just as beautiful – but it’s business opportunities are now among its biggest attractions. And as South Africa continues to reflect uncertainty, I’ve no doubt that Mauritius’s positive offerings will continue to grow even brighter.

  • David Seinker is the CEO of The Business Exchange, an office and co-working space with a number of locations throughout Johannesburg – and now in Mauritius.

Source – Techfinancials

Mauritius set to turn into Africa’s Education Hub

Mauritius will soon be the top destination in Africa for ready to work graduates

As interest for quality advanced education in Africa rises, the expression « advanced education center point » has been tossed around, searching for takers over the landmass. The island of Mauritius is, for some, the leader. Mauritius has reliably been attempting to position itself all things considered a « center »: a junction for tertiary training, drawing in both excellent worldwide scholastic establishments and top-level understudies from everywhere throughout the world. Instruction is as of now a top government need in Mauritius, and the island positions first in UNESCO’s rundown of African nations for tertiary training enrolment. Add to that it’s a land area only a couple of miles off the east shore of Madagascar, and the island’s social and chronicled connections to Asia and Europe, and Mauritius appears the undeniable decision to play host to another brand of worldwide, moderate, world-class advanced education for the landmass.

Developing quantities of potential understudies on the African mainland are another motivation to support the Mauritian advanced education venture. The interest in quality training in African nations has shot up in the course of recent years, generally attributable to the way that the African working class has significantly increased in size over this time.

Spectators have particularly noticed a checked ascent in advanced education action in sub-Saharan Africa, with SADC understudies being the most portable on the planet.

Albeit about portion of these understudies goes to South Africa for studies, the draw of Mauritius has been difficult to disregard throughout the most recent five years.

As of now, foundations like Middlesex University, the University of Aberystwyth, and the University of Wolverhampton in the UK have set up Mauritian branch grounds. Their point: offer quality UK degrees to understudies on the African market at reasonable costs. All the more as of late, Uniciti education Hub, the education arm of the Medine Group, has made a space for European organizations to set up in Mauritius. These incorporate the Vatel International Business School of Hotel and Tourism Management, Ecole Central de Nantes and SUP Info International . Mauritian foundations have likewise cooperated with global granting bodies to convey European degrees: the Mauritius Chamber of Commerce and Industry’s Business School offers projects granted by the Institut d’Administration des Entreprises de Poitiers, and the Analysis Institute of Management offers an Executive MBA granted by the Universite Paris Dauphine and IAE Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nearby understudies at these foundations still far dwarf internationals. The story, however, is diverse for the most up to date player on the Mauritian tertiary instruction scene. African Leadership university (ALU), situated in Beau Plan, has just pulled in 180 understudies from 30 African nations for its first partner.

ALU and other global tertiary instruction establishments in Mauritius have a reasonable order: supply the provincial market with very talented youthful people with transferable skills, energy for business enterprise and a capacity to adjust to the quickly changing requests of the African market. Extreme interest projects incorporate courses in the executives, business, and IT, and pathways to the contracted callings (lawful, bookkeeping and designing). Drug and dentistry projects are presently picking up prominence while projects, for example, cordiality and the travel industry are long-lasting high rankers on the rundown of expert preparing alternatives.

In any case, the rivalry is unpleasant for the heaven island. With different nations competing for the position, Mauritius isn’t an obvious choice for Africa’s driving advanced education goal. With more prominent receptiveness with respect to some African nations, there is developing enthusiasm with respect to global easily recognized names to set up on the landmass, like Carnegie Mellon University in Pittsburgh whose College of Engineering as of late set up its first abroad area in Kigali, Rwanda.

Mauritius’ agreeable financial rankings in African lists and the cosmopolitanism of its general public which appears to easily mix African in with Asian and European, are a portion of its key selling focuses.

Political security, a populace bilingual in English and French, and its engaging quality to remote speculators still work to support its. At last, be that as it may, what will genuinely decide understudies’ decision of an advanced education goal stays quality. And keeping in mind that banding together with a portion of the huge names on the universal scholarly scene surely increases the value of projects, the substantial characteristic of value that understudies seek to is employability. Considerably more than having the extravagant degree from the world-presumed college, understudies will in general pick the projects with solid connect to industry and enterprising chance – those which make them the most appealing and valuable hands-on market. What’s more, this is the bearing where all potential advanced education center points, including Mauritius, should now begin outfitting themselves.

Mauritius becoming a top destination in Africa as an Education Hub is one of the many reasons why

Talenteum set its headquarters in Mauritius. At Talenteum we source and recruit the most Talentend youth on the continent and have them work remotely for European Companies.

The TALENTEUM community consists of the best talents of Africa (AI, Web Expert, Sales, Marketing, Lawyer, Accountant…). And with Mauritius on the race to become an education hub for the most elite Universities in Africa gives Talenteum even more leverage in having access to the most talented ready to work graduates in the continent.

Thanks Andrew M. ( From Our African Talents ) for the article . Nicolas Goldstein

Source – LinkedIn

Acheter à l’étranger : l’île Maurice, une destination haut de gamme

La douceur de sa fiscalité et la beauté de ses plages font de cette île de l’océan Indien une destination de choix pour les investisseurs français.

500 000 dollars américains, soit environ 450 000 euros. C’est le montant minimum qu’il faut débourser pour devenir propriétaire d’un bien immobilier sur l’île Maurice permettant d’obtenir un permis de résidence permanente. « C’est la solution la plus simple pour s’installer de manière durable à Maurice », insiste Joël Rault, ex-ambassadeur de la République de Maurice en France, qui assure désormais la promotion de son pays auprès des investisseurs étrangers. Attention, il ne s’agit pas de n’importe quel bien. En effet, la loi interdit d’acheter directement une maison à un particulier mauricien.

« En 2002, une loi a été votée permettant aux étrangers de devenir propriétaire dans l’île, expliqueOuti de Falbaire, représentante du réseau Barnes à Maurice. Afin que les Mauriciens ne soient pas victimes de la spéculation immobilière, les étrangers ne peuvent cependant acheter que dans certaines zones très précises. »

Les autorités encadrent les programmes immobiliers où les étrangers peuvent acheter. Seuls leur sont accessibles les complexes immobiliers étiquetés « IRS » (Integrated Resort Scheme) ou RES (Real Estate Scheme), qui ont été regroupés en 2015 dans un système unique baptisé « PSD » (Property Development Scheme). « Il s’agit de programmes neufs vendus sur plan, précise M. Rault. Ces complexes privatifs de 5 à 5 000 lots offrent de nombreux services intégrés à leurs résidents : gardiennage, piscine, entretien des espaces verts, golf… »

A Maurice, un touriste sur trois et un acheteur immobilier sur deux est français. Selon le Quai d’Orsay, 11 800 Français s’y seraient installés.
A Maurice, un touriste sur trois et un acheteur immobilier sur deux est français. Selon le Quai d’Orsay, 11 800 Français s’y seraient installés. Philippe Turpin / Photononstop

La plupart de ces zones destinées aux acheteurs étrangers ont ainsi été créées le long du littoral, mais aussi à l’intérieur des terres à la place d’anciennes plantations de canne à sucre. Environ une centaine de programmes immobiliers sont actuellement en développement à Maurice.

Les promoteurs, souvent d’anciens producteurs de canne à sucre, y bâtissent des résidences destinées à une clientèle haut de gamme. Outre le soleil toute l’année et la beauté du lagon, celle-ci est d’abord attirée par un cadre fiscal particulièrement clément.

Taux unique de 15 %

Si le montant du bien que vous achetez dépasse 500 000 dollars et si vous habitez à Maurice au moins six mois par an, vous obtiendrez le statut de résident permanent qui permet de bénéficier de la douceur de la fiscalité locale. En effet, tous les revenus, quelle que soit leur nature, sont imposés à un taux unique de 15 %. Lire aussi  Acheter à l’étranger : beaucoup d’opportunités à saisir en Grèce

Il n’y a pas d’impôt sur les plus-values en cas de revente d’un bien immobilier, ni droit de succession, ni taxe foncière, ni taxe d’habitation, et la convention fiscale franco-mauricienne permet aux Français d’éviter une double imposition avec leur pays d’origine. Précision : le permis de résidence permanente s’applique à l’acquéreur, à son conjoint marié et à ses enfants âgés de moins de 24 ans.

Si vous achetez à Maurice mais que votre investissement est inférieur au seuil de 500 000 euros, vous pourrez résider sur l’île jusqu’à six mois dans l’année, mais vous dépendrez toujours du régime fiscal français. Cette fiscalité clémente explique en grande partie la cote d’amour de l’île auprès des Français. « Ici, un touriste sur trois et un acheteur immobilier sur deux est Français », précise M. Rault. Selon le Quai d’Orsay, 11 800 Français s’y seraient installés.

La ville de Port-Louis, capitale de Maurice, au nord-ouest de l’île.  Port-Louis est connu pour son architecture de style colonial français.
La ville de Port-Louis, capitale de Maurice, au nord-ouest de l’île.  Port-Louis est connu pour son architecture de style colonial français. Philippe Turpin / Photononstop

Stabilité politique

Modèle de stabilité politique et de respect de l’Etat de droit en Afrique, Maurice est devenue, cinquante ans après son indépendance, une sorte de Luxembourg de l’Afrique, inscrite par l’Union européenne sur la liste grise des paradis fiscaux. Mais la fiscalité est loin d’être le seul atout de ce petit paradis de l’océan Indien, situé à l’ouest de La Réunion. Lire aussi  Acheter à l’étranger : la Thaïlande, où la vie peut être deux à trois fois moins chère qu’en France

En moins de deux décennies, Maurice est devenue est une destination touristique de choix auprès des Français, qui apprécient notamment le faible décalage horaire (seulement deux heures) avec la métropole. Longue de 65 km et large de 45 km, l’île couvre une superficie de 2 000 km². Son origine volcanique explique l’existence d’un vaste lagon, qui fait le bonheur des adeptes de la plongée sous-marine. L’activité favorite des touristes retraités, qui constituent le gros des investisseurs, est plutôt le golf, tandis que les plus jeunes préfèrent le kite surf, un loisir en plein essor.

Vue aérienne de Grand Baie, au nord de l’île. La fourchette de prix va de 300 000 euros pour un appartement de 80-90 m² en ville jusqu’à une quinzaine de millions d’euros pour les biens les plus luxueux.
Vue aérienne de Grand Baie, au nord de l’île. La fourchette de prix va de 300 000 euros pour un appartement de 80-90 m² en ville jusqu’à une quinzaine de millions d’euros pour les biens les plus luxueux. Atamu Rahi/Iconotec / Photononstop

La capitale est Port-Louis, dans le nord-ouest de l’île. Maurice n’a pas de langue officielle, mais le français, enseigné à l’école, est parlé couramment par son 1,3 million d’habitants, alors que l’anglais est surtout la langue administrative. Le créole mauricien est également parlé par la majorité de la population, la plupart des Mauriciens étant soit d’origine indienne, soit d’origine créole, avec beaucoup de métissage, comme à La Réunion. Lire aussi  Acheter en Espagne : cap sur l’Andalousie

La zone touristique la plus développée est Grand Baie, au nord de l’île. La fourchette de prix y est large : de 300 000 euros pour un appartement de 80-90 m² en ville jusqu’à une quinzaine de millions d’euros pour les biens les plus luxueux. Une belle villa de 400 m² près de la mer avec jardin et piscine vaut environ 750 000 euros. Il faut ajouter au moins 100 000 euros pour avoir une vue sur la mer.

Si la plupart des complexes immobiliers sont implantés sur la côte ouest (Tamarin, Le Morne, Rivière noire…), plusieurs projets sont en cours de développement au sud-est, à la Pointe d’Esny, un endroit préservé qui abrite certaines des plus belles plages de l’île. Les constructions ayant démarré en 2018, les premières livraisons sont attendues pour 2020.

« Le marché immobilier mauricien est encore jeune ; les premières constructions destinées aux étrangers ont commencé il y a dix-sept ans. Rares encore sont ceux qui achètent dans l’ancien », explique Mme de Falbaire.

Les chutes Chamarel, à Maurice. Modèle de stabilité politique, ce petit pays situé à 9000 kilomètres de la France est devenu en cinquante ans une sorte de « Luxembourg » de l’Afrique.
Les chutes Chamarel, à Maurice. Modèle de stabilité politique, ce petit pays situé à 9000 kilomètres de la France est devenu en cinquante ans une sorte de « Luxembourg » de l’Afrique. Peter Langer/Insight / Design Pics / Photononstop

Hérité du code Napoléon, le système juridique mauricien est proche du droit français. Les documents légaux y sont rédigés en Français et il faut passer devant un notaire pour finaliser une transaction immobilière. Les frais de notaires représentent 1,5 % du montant de l’acquisition, auxquels il faut ajouter 5 % de droits d’enregistrement.

A savoir : la plupart des étrangers qui achètent dans l’île le font sur plan, en vente en l’état futur d’achèvement (VEFA). Comme en France, il existe une garantie financière d’achèvement et une garantie décennale qui protègent l’acquéreur en cas de malfaçon. Il est néanmoins indispensable de s’assurer de la solidité financière et du sérieux du promoteur avant de passer à l’acte. Autre particularité de ce marché, il n’y a pas de frais d’agence dans le neuf car les agences immobilières locales sont rémunérées par les promoteurs. Lire aussi  Acheter au Portugal : le charme lisboète opère toujours, mais…

Louer plusieurs mois par an pour rentabiliser son investissement est relativement facile à Maurice, où le climat est doux toute l’année. D’autant qu’aucune restriction à la location saisonnière n’a été mise en place. « Les touristes sont français, sud-africains, britanniques, italiens ou du Moyen-Orient », précise Joël Rault. Les prix ayant augmenté de 5 % par an en moyenne au cours de la dernière décennie, la rentabilité nette moyenne ne dépasse pas 3 % à 4 %.

Jérôme Porier

Source – Le Monde