Blog

“Mauritius, a world-class international financial centre” – Cathie Hannelas from Rogers Capital

How has Mauritius managed to become an emerging international financial centre?

The surge in foreign investment to our island is due to a number of factors including a robust regulatory framework, harmonised tax environment, a bilingual and skilled workforce, political stability, economic diversity, an ideal time zone and compliance with international standards. If you combine all of these with a strategic geographical position and you have the right ingredients for the emergence of a world-class international financial centre (IFC). Today, the financial services sector accounts for 11.5% of our GDP and provides direct employment to more than 7,500 people and many more indirect employments through the transport or hospitality industries for example.

The credibility of the Mauritius IFC has been recognised in the recently published United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD) World Investment Report 2019, whereby Mauritius is mentioned as playing an important role in intra-regional investment flow in addition to deriving quality investments into African and Asian countries.

As a founding member of the African Union, SADC and COMESA, Mauritius has been and remains a strong economic partner amongst African countries, participating in the economic development process and advocating for the economic empowerment of Africa. 

What incentives are offered to foreign companies looking to settle in Mauritius?

Mauritius has a conducive business environment and robust infrastructure. Right from the outset, foreigners get access through an international airport with a modern terminal and an airport city catering for high-value cargo. In addition, Mauritius has an efficient port with deep water quays as well as a reliable and expanding logistics platform. These are what I would call some of the ‘soft’ features which favours Mauritius.

On a more formal note, the followings make Mauritius attractive. There is no restriction on ownership of companies and Mauritius allows for 100% foreign shareholding. In settling here, foreign investors enjoy a hybrid legal system and an investment-friendly regulatory regime. Mauritius is currently 20th in the World Bank’s Ease of Doing Business ranking. Being located in Mauritius offers a wide range of benefits, including preferential market access to Africa, Europe and USA; a harmonised tax regime; sophisticated product offerings such as Protected Cell Companies, Limited Partnerships, Trusts and Foundations, Regional Headquarters or Family Offices. These incentives can only contribute to provide foreign companies with optimised benefits they seek.

From a tax perspective, the advantages include, no capital gains tax; dividends paid by a Mauritian company are tax exempt; no withholding tax on dividends paid; and no inheritance tax.

Mauritius continuously strives to improve its attractiveness by being forward looking. For instance, in the recent National Budget 2019, the Prime Minister has announced that Mauritius will pursue its ambition to become a Fintech hub in the region through the implementation of the several measures, including new licences for Fintech Service providers and a regulatory regime for Robotics and AI enabled financial advisory services.

The financial reputation of Mauritius is often at stake on the international scene. According to you, is this justified?

The branding of Mauritius as a tax haven is grossly unfounded. The main characteristics of a tax haven jurisdiction are that there is no or low taxation, no treaties, the culture of secrecy and no substance. Mauritius ticks none of those boxes.

The country applies a harmonised 15% tax rate i.e. to residents and non-residents alike. 15% tax is certainly not negligible. If reduced rates of taxes are applied in certain instances, these rates do not discriminate between residents of Mauritius and non-residents i.e. both are treated the same way.

We have a proper treaty network, based on the Organisation for Economic Co-operation and Development (“OECD”) and UN Model, which have been negotiated bilaterally with partner countries founded on mutual understanding. Moreover, Mauritius has shown its commitment to combatting tax evasion by signing, in July 2017, the Multilateral Convention to implement the OECD measures to prevent Base Erosion and Profit Shifting (BEPS “Multilateral Instrument” or “MLI”) and treaty abuses.

In addition, Mauritius has ratified Tax Information Exchange Agreements with several countries, disclosing information upon request. Tax treaties, by definition, also require the exchange of information with partner countries when necessary. Mauritius’ new Code of Corporate Governance, coupled with its presence on the OECD’s white list, represents great strides towards better transparency.

It is important to highlight that the country has been rated as Compliant by the OECD and the EU with regards to international standards for the exchange of information on request between tax authorities. With the view to enhance its transparency and collaboration framework, Mauritius is equally committed to the Common Reporting Standard (CRS) and Country-by-Country reporting. Also, none of our tax regime are considered as being harmful by the OECD.

We continue to reinforce our regulatory framework. In that respect, we have addressed the concerns of the EU by introducing the Controlled Foreign Corporation (CFC) rules and stiffening the economic substance in Mauritius. By “substance”, I mean that a company must have a real presence and genuine business activities in the country of incorporation – the absence of which could suggest that its intents are purely tax-driven. Rather than a mere incorporation, the companies must now prove that they are truly carrying out their core income generating activity in Mauritius.

Since 2016, Mauritius has joined the initiative on systematic sharing of beneficial information. Mauritius is a member of the Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group to implement the Financial Action Task Force’s (FATF) Recommendations. Our anti-money laundering and combatting the financing of terrorism systems and procedures have been successfully re-evaluated and endorsed by the FATF Global Network.

As companies shift to Mauritius for more reasons other than its tax incentives, the value-creation story in the financial services sector slowly but surely becomes a reality.

This can only augur well for the Mauritius International Financial Centre.

Source

World Travel Awards : l’ȋle Maurice sacrée meilleure destination touristique

Plus d’une dizaine de récompenses ont été décernées à l’ȋle Maurice. Effectivement, cette dernière a accueilli le gala du World Travel Awards, un évènement organisé pour récompenser les meilleures destinations touristiques. D’ailleurs, l’ȋle est largement réputée comme étant une destination de luxe de premier choix dans le secteur touristique. Ce gala s’est déroulé le samedi 1er juin à l’hôtel Sugar Beach, Flic-en-Flac et mettait en lice plusieurs pays de l’Océan Indien, à l’instar des Maldives, Madagascar, La Réunion et Maurice entre autres. D’ailleurs, Graham Cooke, le fondateur de l’organisation WTA a déclaré que l’ȋle Maurice « incarne à la perfection le tourisme d’expérience, avec son fabuleux contraste de couleurs, de cultures, d’aventures et de saveurs ».

L’ȋle Maurice a accueilli le gala du World Travel Awards.

Plusieurs distinctions attribuées à l’ȋle Maurice

L’ȋle Maurice, réputée pour ses plages sublimes et son climat exotique, a été sacrée ‘Indian Ocean Leading Wedding Destination’, ‘Indian Ocean Adventure Tourism Destination’ et ‘Leading Cruise Destination’ lors de cette édition 2019. L’ȋle Maurice conserve donc sa place de ‘Leading Destination 2019’ de l’Océan Indien, ce qui la place sur la plus haute marche de destination touristique. D’ailleurs, 2019 accueillera plus de 1, 450,000 touristes, selon les analyses du Statistics Mauritius.

Les autres récompenses décernées à l’ȋle Maurice

La Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) s’est vu décerner le prix de ‘Leading Tourism Board’ de l’Océan Indien. Air Mauritius s’est quant à lui taillé la part du lion en raflant la majorité des trophées consacrés à l’aviation. MK s’est donc vu attribuer 5 titres, notamment le ‘Indian Ocean Leading Airline’, le ‘Indian Ocean Leading Business class’, le ‘Indian Ocean’s Leading Airline Brand’, le ‘Indian Ocean leading Airport Lounge’ et le Indian Ocean Leading Cabin Crew. L’aéroport de Plaisance ne démérite pas non plus, car il a été élu ‘Leading Airport’ de l’Océan Indien. Un titre qui lui avait aussi été attribué en 2007, 2010 et 2011.

En ce qui concerne le secteur de l’hôtellerie, plusieurs hôtels ont brillé lors de la cérémonie, à l’instar de The Oberoi Beach Resort, Ȋle Maurice, élu ‘Indian Ocean’s Leading Hotel 2019’, Constance Hotels & Resorts élu ‘Indian Ocean’s Leading Hotel Brand 2019’, Constance Belle Mare Plage élu ‘Mauritius’ Leading Green Resort 2019’. D’autre part, la récompense du ‘Leading Hotel Residences 2019’ de l’Océan Indien a été attribuée au Four Seasons Resort Mauritius, Anahita, celle du ‘Leading Luxury Villa Resort 2019’ de l’Océan Indien à l’hôtel Maradiva Villas Resort & Spa et celle du ‘Leading Resort 2019’ de l’Océan Indien au One&Only Le Saint Géran, entre autres.

L’ȋle Maurice conserve sa place de ‘Leading Destination 2019’ de l’Océan Indien.

Le World Travel Awards : pour récompenser les meilleurs de l’industrie touristique

Crée en 1993 par Graham Cooke en Grande-Bretagne, le WTA vise à mettre en avant les meilleurs acteurs du secteur touristique et des voyages à travers le globe. D’ailleurs, l’ȋle Maurice a accueilli la 26e cérémonie du WTA pour l’Afrique et l’Océan Indien pour l’année 2019. À noter que le programme du World Travel Awards est l’un des plus prestigieux et complet de l’industrie mondiale. Chaque année, son Grand Tour parcourt le monde avec plusieurs cérémonies de gala régionales afin de reconnaitre les pays de chaque continent qui excellent dans l’industrie touristique, ce qui aboutira à une grande finale à la fin de l’année.

Source

[Made in Océan Indien] Webcup 2019: une très belle fournée pour cette nouvelle édition

24 heures de coding intense! Voici ce qui s’est déroulé les 15 et 16 juin 2019 à EPITECH Réunion, qui a accueilli la Webcup 2019. L’île de La Réunion, Madagascar, Rodrigues, l’île Maurice et les Comores ont mis en concurrence la crème de la crème des développeurs pour récompenser les meilleurs. Quant au thème de cette année, des extraterrestres ont envoyé des particules microscopiques destinées à faire perdre leurs 5 sens aux humains.

La Webcup : qu’est-ce que c’est?

Après une première édition organisée en 2009 à l’île de la Réunion, la Webcup est aujourd’hui un évènement phare parmi les développeurs web de l’océan Indien. Véritable festival de compétences, il s’ouvre à tous les profils aussi bien professionnels qu’amateurs : programmation, design, création de contenu, gestion de projet, etc. Ce concours annuel oppose des équipes de 1 à 4 personnes.

Le défi ? Créer un site internet aussi complet que possible en 24 heures, sur un thème imposé. Parmi les concurrents, on trouve l’Union des Comores, Madagascar, Maurice, Rodrigues, La Réunion, Mayotte et Les Seychelles, bien que ces deux derniers pays n’aient pas pu répondre à l’appel pour cette édition 2019. À l’île Maurice, le concours est organisé par la FINAM (Federation of Innovative & Numeric Activities in Mauritius) constituée par l’OTAM, la MITIA et la CCI France Maurice.

Maurice et Madagascar plus parés que jamais!

Maurice et Madagascar n’auraient manqué la Webcup 2019 pour rien au monde à tel point, que les deux pays ont enregistré le plus fort taux de participation avec pas moins de 24 équipes pour chaque île. Les autres participants étaient également bien lotis avec 9 équipes pour la Réunion et 6 équipes pour les Comores et pour Rodrigues.

Les gagnants de la Webcup 2019, pays par pays

Ile Maurice (24 équipes)

  • Le 1er prix a été attribué à Mauweb – avec MauWebNews, un blog d’informations avec des mesures préventives, des articles, vidéosdes images, audios, un chatbot. L’équipe a également remporté le
    prix de la viralité, pour avoir récolté le plus de «like» sur Facebook.
  • Le 2e prix a été attribué aux Rubix – dont le site reprend des posts d’actualités sur notre invasion
    imminente par des extraterrestres.
  • Le 3e prix a été décerné à la team Cyberdodos – dont le site fournit des informations sur la situation,
    la prolifération d’un virus alien, mais indique également les lieux sûrs et les hôpitaux à la population.
    Il permet également de recruter des médecins, des soldats, etc.
    Un prix spécial étudiant a été remis aux Cyber mercenaries

Madagascar (24 équipes)

  • 1er prix – Nimbus, qui remporte un chèque de 2 000 000Ar de la part de Bocasay, 3 mois d’incubation
    par NextA.
  • 2ePrix – Emitech, qui remporte un chèque de 1 000 000Ar de la part de Passion 4 Humanity et un
    mois d’espace de coworking par NextA.
  • 3e Prix – Hina qui remporte un chèque de 500 000Ar de la part de Bocasay par NextA.
    Le prix Coup de coeur du jury est revenu à Randriamazaoro, qui remporte un chèque de 800 000ar
    signé par Ingenosya.

Rodrigues (6 équipes)

  • 1ere place – Les Dark Warriors, gagnants de Webcup Rodrigues 2019.
  • 2e place – Tech United.
  • 3e place et le prix de viralité – équipe Dazzling Lions.

La Réunion (9 équipes)

  • 1ere place – Perfect Timing.
  • 2e place – Karmun.
  • 3e place – Padawan.

Comores (6 équipes)

  • 1ere place – #TheBigas, qui remporte une coupe, un chèque de 250 000 Kmf et un mois.

Ces talents ne vont sans doute pas s’endormir sur leurs lauriers, espérons que la prochaine édition de la WebCup rassemblera plus de monde encore pour pimenter ce concours ludique et sérieux à la fois!

Source – FrenchWeb

Kenyatta mise sur Maurice pour stimuler l’investissement étranger

C’est une visite d’État au pas de course qu’a effectuée la délégation présidentielle kenyane dirigée par Uhuru Kenyatta. Au menu, six accords bilatéraux mais surtout la signature d’un nouveau traité fiscal entre les deux États.

Preuve de l’intérêt grandissant de la petite île de l’océan Indien pour l’Afrique (à la fois si proche et si lointaine), Port-Louis a accueilli son troisième chef d’État de ce continent en moins de quatre mois. Après le président mozambicain (en février) et malgache (en mars) c’est le président kenyan, Uhuru Kenyatta qui s’est rendu sur l’île en avril. 
S’il s’agissait d’une visite d’État – Port-Louis avait mis les petits plats dans les grands et la presse mauricienne a largement couvert l’événement – étonnamment, « ce voyage a été largement occulté et peu mis en avant par la présidence kenyane », déplore Aggrey Mutambo, le journaliste vedette du Daily Nation (170 000 exemplaires par jour), le principal quotidien du pays qui appartient au groupe de presse Nation Media Group. D’ailleurs, certaines sociétés locales « regrettaient d’avoir été, tardivement, invitées au business forum (qui clôturait cette visite de quatre jours) ». 

Financer le « Big Four Agenda »

Cette impression était confirmée par le nombre restreint de sociétés kenyanes présentes : 18.   Au final, six accords bilatéraux ont été signés entre Nairobi et Port-Louis : dans l’éducation et le secteur commercial avec la création de zones économiques spéciales et la volonté de créer un regional maritime service pour dynamiser la coopération régionale entre les ports du Kenya, de Maurice, du Mozambique et de Madagascar, avec l’aide de la Commission de l’océan Indien (COI). Mais c’est surtout la signature entre les deux États d’un nouveau traité fiscal de non-imposition Double Taxation Avoidance Agreement (DTAA), dont le contenu reste en grande partie confidentiel, qui a été le point d’orgue de cette visite. 
La première version avait été rejetée pour des raisons techniques par la Haute Cour de Nairobi (et non par la Cour suprême, comme indiqué dans de nombreux titres de presse mauriciens). « Dans les pays du Commonweath, tout traité et toute loi doivent passer par le Parlement pour être activés. Nos dirigeants peuvent tout signer en dehors de nos pays mais notre Parlement doit donner son accord », explique un avocat constitutionnaliste mauricien. Or Uhuru Kenyatta n’avait pas respecté cette procédure. Le chef de l’État du Kenya était bien décidé à finaliser un nouvel accord car, lors de sa réélection en 2017, il avait lancé le Big Four Agenda.

Nouvel accord

Ce programme est axé sur l’industrialisation, l’accès aux soins de santé, à des logements abordables et à la sécurité alimentaire. Pour le financer, ce pays est-africain veut multiplier par cinq le montant des investissements directs étrangers (IDE) en les faisant passer à 3,8 milliards de dollars ! Un nouveau traité fiscal de non-imposition devenait donc vital pour Nairobi mais également pour Port-Louis dont le secteur financier est à la recherche d’un nouveau souffle.
Ce voyage à Port-Louis tom-bait un mois – quasi jour pour jour – avec la « réconciliation » inattendue entre Uhuru Kenyat-ta et son principal opposant Raila Odinga. Interrogé par nos confrères de Jeune Afrique, Murithi Mutiga, chercheur à l’International Crisis Group, souligne que « Kenyatta, avec cette nouvelle « alliance », reconnaît qu’il ne peut mettre en place son programme économique ambitieux dans un pays si divisé et en proie à  l’instabilité  ». Et avec cette « paix des braves », le président se préserve surtout d’un éventuel couac au Parlement car « il détient aujourd’hui deux tiers des sièges. Il prépare les élections présidentielles de 2022 », conclut Aggrey Mutambo du quotidien Daily Nation.

Source – EcoAustral

Eldorado gazier : Maputo veut rebondir

Après des années fastes, la croissance mozambicaine est en berne. En cause, les conséquences de la dette cachée et la situation politique et sécuritaire incertaine. Plus que jamais, Maputo est à la recherche d’un second souffle.

L’autre grenier du Grand océan Indien ? Avec une superficie nettement supérieure à celle de Madagascar – 801 590 km2 contre 587 040 km2 – et une population légèrement plus élevée (29 millions), le Mozambique affiche une densité très faible et se trouve bien loin d’exploiter toutes ses terres agricoles. Conséquence des choix d’une économie communiste, l’agriculture a été entièrement collectivisée de 1975 (date de l’indépendance) à 1992 (accords de paix entre le parti au pouvoir, le Front de libération du Mozambique (FRELIMO) et son opposition, la Résistance nationale du Mozambique (RENAMO). Aujourd’hui, l’agriculture se compose de petites fermes familiales et de grandes exploitations appartenant à de grandes entreprises. Elle reste caractérisée par une forte prédominance de l’agriculture de subsistance. Selon le ministère américain de l’Agriculture, seuls 7 % du territoire mozambicain était arable en 2015, soit 5,8 millions d’hectares alors que son potentiel en termes de terres agricoles atteint 49 millions d’hectares soit 62 %du territoire ! Si en dix ans, la production a doublé, la productivité reste limitée par le manque d’intrants et la faible mécanisation. 

Dette colossale

Le Mozambique reste condamné à importer beaucoup de denrées alimentaires. Or l’importation de ces produits nécessite des devises fortes et un soutien des bailleurs de fonds…
Révélé en avril 2016, le « scandale de la dette cachée » a considérablement affaibli la crédibilité de Maputo auprès des bailleurs de fonds et des investisseurs internationaux. En 2013 et 2014, le gouvernement mozambicain a levé secrètement – sans déclaration auprès du FMI et bénéficiant d’une garantie souveraine illégale – des fonds à l’étranger pour financer un programme militaire secret. Il a contracté une dette colossale de 1,37 milliard de dollars, qui a fait plonger l’économie. Surendetté, lâché par le FMI et les autres bailleurs internationaux, le Mozambique a été au bord du défaut de paiement. Si depuis, des tentatives de restructuration ont été élaborées, elles restent décevantes et surtout elles n’ont pas convaincu le FMI de reprendre ses programmes d’assistance. 
Conséquence : la croissance du PIB réel a été estimée à 3,5 % en 2018, contre 7 % en moyenne de 2004 à 2015 ! À ces mauvais résultats s’ajoute une incertitude liée aux élections présidentielle, législatives et provinciales prévues en octobre 2019. Ces scrutins interviendront alors que les tractations se poursuivent entre le gouvernement et la RENAMO. 

Le gaz naturel pour s’en sortir ?

Outre ses mines de charbon, d’or, d’aluminium ou de graphite, l’ex-colonie portugaise bénéficie des neuvièmes réserves de gaz naturel au monde ! Découvertes en 2010, elles devraient générer des recettes fiscales importantes à partir de 2023/2024. Ces réserves nécessitent des investissements massifs évalués à 50 milliards de dollars, plus de trois fois le PIB du pays, mais pourraient faire du pays un Eldorado gazier – un autre Qatar. Selon certains analystes, les recettes publiques exploseront pour porter la croissance économique à 24 % par an entre 2021 et 2025 !

Le Mozambique
Epictura © Ruslan Olinchuk

Le Mozambique en bref
– Superficie : 801 590 km2
– Population : 29 millions d’habitants
– Langue officielle : portugais
– Monnaie : Metical (le dollar est accepté un peu partout)
– PIB par habitant : 580 dollars (2015, Banque mondiale)
– Taux de croissance : 7,9 % en moyenne sur 2004-2015, 6,6 % en 2015, 3,3 % en 2016, 3,7 % en 2017 (prévision 2018 : 3,5 %) (FMI et Banque mondiale).

Source – EcoAustral

Lancement du Mauritius Impact Finance Gateway to Africa (MIFGA)

La firme mauricienne, Axis, qui fournit des services diversifiés à des institutions financières, des investisseurs et des entreprises s’est associée à la société luxembourgeoise, Innpact, qui offre des conseils en investissement pour lancer le Mauritius Impact Finance Gateway to Africa (MIFGA).

Il s’agit d’une joint-venture basée à Maurice et qui se chargera de gérer, pour le compte de gestionnaires d’actifs, des fonds d’investissement ciblant l’Afrique. La structure a déjà obtenu les approbations réglementaires des autorités du pays, notamment de la Commission des services financiers (FSC) de Maurice. 
« MIFGA est conçue pour héberger des fonds d’investissement à impact, en particulier pour les nouveaux gestionnaires de placements. Il offre une gamme complète de services financiers pour la structuration, l’administration et la gestion de véhicules d’investissement. La plateforme est également ouverte aux gestionnaires de fonds existants souhaitant créer leur prochain fonds », assure Adnan Razzak, chef du service des fonds et des investissements chez Axis.

La structure qui est mise en place bénéficiera de près de 10 années d’expérience de lafirme Innpact dans la gestion de véhicules et dans la fourniture de services de gestion de portefeuille et de risque. La firme Axis, quant à elle, mettra à contribution ses services juridiques, de comptabilité et de gestion de fonds au profit de MIFGA.

Source – Eco Austral

Guide de Colbert pour s’installer à Maurice

Avec les plages luxueuses et ses eaux bleu, L’ile Maurice attire depuis longtemps des expatriés et des touristes du monde entier! Nous vous tenons au courant du climat, des exigences en diverse matière.

No alt text provided for this image

La culture et les habitants

Située à environ 3,200 kilomètres de la côte africaine, dans l’océan Indien, l’île Maurice est un choix attrayant pour les expatriés à la recherche d’un déménagement professionnel ou à se retraité. Maurice compte aujourd’hui 1.3 million d’habitants et s’étend sur 2,040 kilomètres carrés. C’est une république démocratique avec un président et un gouvernement élu dirigé par le Premier ministre.

No alt text provided for this image

Maurice possède une diversité culturelle remarquable, due en grande partie à son riche passé :

  • Au 16ème siècle, il devint une escale pour les Portugais et fut ensuite colonisé par les Hollandais, les Français et enfin les Britanniques.
  • Le pays est devenu indépendant le 12 mars 1968.
  • Au 19ème siècle, des personnes comme l’Inde, l’Afrique, Madagascar et la Chine venaient travailler à Maurice.

On peut donc s’attendre à une grande diversité culturelle aujourd’hui.

La langue officielle à Maurice est l’anglais et tous les contrats et documents officiels sont en anglais. Cependant, les langues les plus parlées par les habitants sont le français et le créole mauricien, ce dernier étant un mélange de français et d’anglais et de mots de langues africaine et indienne.

Maurice a aussi plusieurs îlots autour de la côte continentale qui forment une série de 49 petites îles inhabitées et habitée, dont certaines sont maintenant utilisées comme réserves naturelles spécialisées.

No alt text provided for this image

Le climat à Maurice

Maurice bénéficie d’un climat ambiante toute l’année. Les températures en hiver (mai – octobre) varient généralement entre 20 à 26 ° C, tandis qu’en été (novembre – avril), elles peuvent atteindre 32°C.

Maurice est sujette aux tempêtes modéré, qui sont plus susceptibles de se produire entre Octobre et Mai.

Les expatriés s’installant à Maurice devraient se familiariser avec les directives locales, ce qui les aidera à se préparer en cas de cyclone.

No alt text provided for this image

Installation à Maurice

Les ressortissants étrangers souhaitant travailler à Maurice devront toutefois obtenir un permis de travail (Occupation Permit). Colbert s’occupe de tous les démarches pour demandent de permis auprès des autorités Mauriciennes et prend en charges pour vous accompagner a que vous soyez bien installer, même avec vos dépendants.

Colbert vous assiste a déterminé le type de permis qui correspond à votre cas et s’engage à respecter les exigences pour chacun. Il y a quatre type de permis :

  1.  Permis Investisseur
  2. Permis Self Employed
  3. Permis Professionnel
  4. Permis Retraité
No alt text provided for this image

Après trois ans de résidence à Maurice, les ressortissants étrangers peuvent être éligibles pour demander un permis de résidence permanente.

Si vous envisagez de vivre à Maurice, vous pouvez investir dans l’immobilier sur l’île pour un permis de résident. Jusqu’à ces dernières années, les non-citoyens n’étaient pas autorisés à acheter une propriété à Maurice, mais l’EDB (Economic Development Board) a introduit des changements et a mis en place des mécanismes permettant de rendre l’acquisition de biens immobiliers mauriciens particulièrement attrayante pour les ressortissants étrangers. Colbert vous facilite l’acquisition des dites biens, qui correspond à vos attentes et à votre budget. Le propriétaire et sa famille proche se voient automatiquement attribuer le statut de résident lors de l’achat. 

No alt text provided for this image

 Un autre avantage clé est le taux d’imposition à 15% sur le revenu et un marché avec des multiples ouvertures, que ça soit local ou à l’étranger. 

Source – LinkedIn

Maurice et le Kenya resserrent leurs liens

L’Economic Development Board (EDB) en collaboration avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIM) aura une session de travail avec le Kenya Private Sector Alliance (KEPSA) et le Kenya Investment Authority (KenInvest) afin d’approfondir davantage les relations commerciales entre Maurice et le Kenya.

Cela fait suite à la visite du président du Kenya, Uhuru Kenyatta, à Maurice. Les autorités mauriciennes espèrent que cette rencontre constituera une plateforme unique pour présenter les opportunités en matière de commerce et d’investissement à Maurice et au Kenya. Ce forum comprendra des sessions interactives pour échanger des idées et établir une plus grande coopération entre la délégation kenyane et les parties prenantes mauriciennes.

En août 2018, Maurice et la Kenya s’étaient réunis à Nairobi dans le cadre d’une commission mixte. Les discussions avaient porté sur plusieurs dossiers de coopération dont les échanges commerciaux, l’investissement, les services financiers, la connectivité aérienne, le tourisme, la zone franche, le port, la connectivité maritime, la mobilité des professionnels, la reconnaissance mutuelle des qualifications et l’agriculture.

Au cours de cette visite, un accord de principe dans le domaine de l’éducation supérieure et de la recherche scientifique sera signé. L’objectif de ce protocole d’accord est d’inscrire la collaboration entre les deux pays en vue de promouvoir la coopération entre leurs établissements d’enseignement supérieur respectifs par le biais d’échanges de personnel et d’étudiants, de recherches scientifiques et de renforcement des capacités.

Il faut savoir que plusieurs entreprises locales opèrent au Kenya, à l’instar de SMB qui y a intensifié sa présence à travers SBM Bank (Kenya), une filiale à 100 % de SBM Holdings Limited. De son côté, le Groupe MCB veut également se positionner comme un partenaire stratégique pour les entreprises au Kenya. Le groupe a ouvert un nouveau bureau de représentation en janvier dernier à Nairobi. De son côté, CIRCUS! a travaillé sur le rebranding de Telkom Kenya. Sur le plan sucrier, Maurice a exporté 45 000 tonnes de sucre roux et 80 000 tonnes de sucre blanc sur le Kenya.

Par ailleurs, avec une présence en Afrique australe, en Afrique de l’Est et en Afrique de l’Ouest, Maurice se positionne dans le mouvement de décollage économique d’un continent qui a une population encore jeune et qui possède 40 % des ressources minérales du monde entier. 

Source – Business Mag

Filipe Jacinto Nyusi, président du Mozambique : « Maurice dans le top 10 de nos investisseurs »

Renforcement des échanges bilatéraux, approvisionnement en gaz naturel… En visite d’État à Maurice du 30 janvier au 2 février 2019, le président mozambicain Filipe Jacinto Nyusi a répondu en exclusivité à nos questions sur les nouvelles perspectives de rapprochement entre les deux pays.

L’Eco austral : Comment développer les relations économiques entre Maurice et votre pays ? 
Filipe Jacinto Nyusi
 : Notre visite à Maurice a été très productive. Nous avons rempli trois objectifs majeurs à savoir : assister à la commémoration du 184e anniversaire de l’abolition de l’esclavage (60 % des captifs déportés à Maurice viendraient du Mozambique, NDLR), renforcer les relations amicales et fraternelles entre nos deux États, et assurer une mission de diplomatie économique qui a abouti à un forum d’affaires. Nous croyons que le secteur privé est l’instrument stratégique des relations économiques entre nos deux États. D’ailleurs, depuis que Maurice a rejoint en 1995 la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe), nos relations se sont renforcées. Aujourd’hui Port-Louis fait partie des dix premiers investisseurs au Mozambique. Lors de la rencontre avec le secteur privé mauricien, nous avons présenté le potentiel mozambicain ainsi que les mesures visant à faciliter nos échanges. Par exemple, mon gouvernement met en place une législation harmonisée afin que les hommes d’affaires puissent trouver les mêmes facilités ici et au Mozambique, cela pour promouvoir davantage les déplacements des deux côtés. Nous réfléchissons aussi à un allégement des procédures d’obtention de visa pour se rendre au Mozambique et avons commencé à harmoniser notre fiscalité pour éviter l’invasion fiscale.

Quels sont les futurs axes de coopération entre les deux États ? 
Nos discussions ont porté sur la coopération économique dans les domaines de l’agriculture, de la gestion touristique et de l’énergie, en particulier dans les secteurs minier et gazier. 
On a découvert d’énormes quantités de gaz au Mozambique. Nous confirmons que le pays sera un producteur majeur de gaz naturel à partir de 2022-2023. Des multinationales américaines, italiennes et d’autres pays sont maintenant en partenariat avec notre société nationale d’hydrocarbures. Maurice souhaite également obtenir notre gaz naturel, nous allons donc signer un mémorandum d’accord dans les deux ou trois prochains mois.
Nous possédons également des terres rares ainsi que des ressources potentielles intéressantes, en particulier dans l’agriculture, pour développer nos pays et créer des relations fraternelles entre nos deux peuples. C’est pourquoi nous devons passer à l’action ! D’ailleurs, nous avons invité le Premier ministre mauricien à se rendre au Mozambique au moment le plus opportun.

Quelle est votre stratégie pour encourager la création d’emplois et l’esprit d’entreprise dans votre pays ?
Maurice est pour nous un exemple. Vous n’êtes « que » 1,3 million d’habitants – nous sommes plus de 29 millions – et votre niveau d’alphabétisation est très élevé. Le Premier ministre mauricien m’indiquait qu’il était de 90 % (contre un peu plus de 40 % au Mozambique, selon l’UNESCO, NDLR). L’agriculture représente 21 % de notre PIB et près de 80 % des emplois. Il nous reste donc beaucoup à faire en matière de mécanisation dans nos cultures de noix de cajou, de coton et de macadamia. Cela nécessite des investissements massifs pour générer plus de revenus. Aussi, la première chose à faire est d’éduquer la population avec des filières générales mais aussi professionnelles et techniques pour produire plus et mieux. Nous avons la même problématique concernant nos ressources minérales comme le charbon, l’or, la bauxite ou le marbre. Elles doivent être transformées et valorisées au maximum au Mozambique. Ma visite à Maurice a aussi pour objectif d’obtenir des financements pour industrialiser mon pays. 

Source – L’Eco Austral

Coworking à l’île Maurice: choisissez efficacement votre espace de travail

C’est indéniable, la sphère entrepreneuriale mauricienne aime les espaces de coworking, aussi, ces structures gagnent en popularité. De nombreux entrepreneurs ont d’ores et déjà sauté le pas pour différentes raisons. Par exemple, pour certains, le travail au sein d’une entreprise en bonne et due forme, côte à côte avec d’autres personnes, avec l’obligation de suivre un règlement intérieur, un dress code, etc. a été l’élément déclencheur. Comment déterminer si le coworking est «la» solution adéquate? Que faut-il prendre en compte pour choisir son environnement de travail? 

Le coworking a de beaux jours devant lui à l’île Maurice 

Maurice est une destination phare pour l’entrepreneuriat dans l’océan Indien, une manne pour le coworking, concept qui séduit et qui continuera sans doute à séduire dans les années à venir. Un peu partout sur l’île, on trouve de plus en plus d’espaces de bureaux à l’image de The Hive, CoWorking Port-Louis, Turbine, The Ground, Regus ou encore Le French Hub. Comment en sommes-nous arrivés à un tel engouement ? De quelle manière cette méthode de travail moderne a-t-elle réussi à convaincre les entrepreneurs ? Cette forme de collocation professionnelle n’est pas faite pour tous, aussi, il est important de bien faire le point avant de se lancer. 

Deux types d’espaces, un concept bien distinct 

Le coworking, c’est deux types d’espace : un premier, qui permet de louer des bureaux au sens classique, avec toutefois des abonnements au mois, à la semaine, à l’heure pour certains. Cette formule est parfaite pour ceux qui souhaitent retrouver l’atmosphère typique des entreprises, avec un vrai cadre de travail tout en rompant l’isolement. Quant au deuxième type d’espace, il est plus communautaire. Il permet de rencontrer du monde et d’échanger avec d’autres coworkers. Dans un tel cadre, on peut créer des liens, donner et recevoir des conseils et même créer un réseau de contact solide et proche! 

Travailler seul et à plusieurs à la fois… 

Il est important de mettre en avant l’aspect pratique d’un espace de coworking : il cumule tous les avantages d’un bureau classique, sans les inconvénients financiers. En effet, en adoptant une telle méthode de travail, cela réduit les coûts liés à la location d’un bureau. Mieux, on y dispose d’un accès internet haut débit, de bureaux semi-cloisonnés ou à partager, de salle d’événements, d’espaces ouverts, de salles de réunion particulièrement commodes lorsqu’il s’agit d’accueillir des partenaires. Sans se couper du monde, on peut travailler seul, de manière organisée et disciplinée, avis à ceux qui pratiquent le télétravail… 

Le budget et les facilités 

Le coût est l’une des raisons principales pour lesquelles les entrepreneurs choisissent d’intégrer un espace de coworking. Il convient donc de comparer les espaces de coworking, la moyenne des tarifs proposés, mais également des options comprises, notamment la réservation des salles, la possibilité de parking, proximité des transports, la cuisine, le café, etc. 

La sécurité des lieux, un élément à ne pas prendre à la légère 

La sécurité d’un espace de coworking est essentielle. Matériel, documents, effets personnels : les
loueurs doivent pouvoir fournir au moins un casier par personne. Qui plus est, l’endroit lui-même
doit être sécurisé avec des alarmes, des caméras de surveillance, sans pour autant que cela empêche
de pénétrer les lieux pour travailler, à ses horaires. 

Ambiance et convivialité 

Dernier point essentiel et non des moindres, l’ambiance au sein de l’espace de coworking. Lorsqu’on choisit de travailler dans un espace avec d’autres personnes que l’on ne connaît pas forcément, il est essentiel de bénéficier, mais également de contribuer à la bonne ambiance générale ! Lorsque cela est possible, il ne faut pas hésiter à visiter les espaces communs tels que la cuisine, l’espace de détente ou même l’atelier (en fonction de vos activités). Enfin, certains espaces proposent également des activités destinées à rapprocher les coworkers (apéro, pitch, déjeuners communs, fêtes, jeux de société, etc.). 

Source – FrenchWeb